Développer la culture du risque au travail, ou l'épopée moderne

Développer la culture du risque au travail, ou l'épopée moderne

Temps de lecture: 
4

En pleine révolution numérique, une philosophie de travail est en train d’investir peu à peu nos entreprises européennes : la culture du risque. “Oh mon dieu, mais ça flipper tout ça !”. Pas de panique, l’expression peut surprendre, mais vous allez voir qu’elle est là pour vous éviter les tracas !

La culture du risque, c’est une remise en question - parfois très nécessaire - des méthodes actives de votre entreprise. C'est une nouvelle façon d'appréhender les choses. En tant que super assistant de votre entreprise, vous allez aider tout le monde à sentir la marée monter et de surfer dessus, plutôt que de prendre l’eau…L’image vous parle ? Alors, partons explorer ensemble 3 pistes pour faire émerger la culture du risque au travail.

Faites un bilan régulier

Hé oui ! Organisez un bilan régulier, plutôt que de le déposer ! Cela peut couler de source, mais pris dans le flot du quotidien, on se laisse parfois porter tranquillement… Au risque de finir ballotés en eaux troubles ! Allez donc à contre-courant, et soyez maîtres de votre flotte ! Proposez régulièrement à la direction et toute l'équipe de mettre un pied dans l’eau pour tester la température : comment se porte votre entreprise ? Quels sont les points forts à renforcer ? Les points faibles à améliorer ? Ensemble, mettez en place une vraie stratégie de veille médiatique : même une entreprise leader dans son domaine peut se faire dépasser en quelques mois, si elle s’appuie trop sur ses acquis et oublie de se renouveler !

Grâce à votre travail régulier, vous osez la remise en question. C’est une très bonne opportunité pour mieux comprendre votre marché, vos prospects, repenser votre produit, innover… C’est s’assurer une place dans un monde en perpétuelle métamorphose et ne pas attendre d’avoir le bec dans l’eau pour s’en rendre compte. En fonction de vos trouvailles, et avec votre casquette de Second Capitaine, à vous de mener votre barque rondement… Et ce courant tumultueux qui vous faisait peur… vous découvrirez bien assez vite que vous y aviez pied depuis le début !

Dépoussiérez votre organisation

À l’instar de nombreuses start-ups qui ont fait leur preuve, montrez les bénéfices d'une hiérarchie plus horizontale, où chacun des collaborateurs a son mot à dire, et certainement des dizaines d’idées innovantes à proposer ! Finalement, un des plus gros “risques”, c’est de s’installer dans une routine confortable, un rythme de croisière d'apparence pérenne, mais qui pourrait faire doucement couler l'entreprise.

“Cela n’a aucun sens d’embaucher des gens intelligents pour leur dire ce qu’ils doivent faire. Nous recrutons des gens intelligents afin qu’ils nous disent ce que nous devons faire.
Steve Jobs

La culture du risque repose essentiellement sur ce constat : chaque collaborateur est une mine d’or, une source intarissable pour la bonne santé de votre business. Rappelez donc à vos supérieurs le trésor qui se trouve juste sous leurs yeux : après tout, s'ils l'ont embauché eux, plutôt que d’autres, ça n’est certainement pas dû au hasard ! Ils auront besoin de tous les cerveaux qui composent votre équipe ! Invitez tout l'équipage à s’exprimer librement, vous pourriez être surpris par les nouveaux horizons qui s’ouvriront alors à vous.

Fixez-vous un cap individuel et collectif

Forts de ces expériences, vous prenez de l'aisance en tant que Second Capitaine ! Vous pouvez désormais fixer de nouveaux objectifs individuels et collectifs. Inspirez vous de la “can-do attitude” si chère aux entreprises américaines. Office Manager, vous savez tous : 

- faire, 
- proposer, 
- vous adapter, 
- innover.

À vous de lancer ce mouvement d'initiative, qui créera sans aucun doute un cercle d'actions vertueuses ! “Fais, ou ne fais pas, il n’y a pas d‘essai”, nous disait un certain Maître Yoda… Ce fin philosophe venu d’une galaxie fort lointaine résumait ainsi toute la pensée de l’American Dream : il faut savoir prendre des risques pour avancer.

La culture de l’échec aux États-Unis permet des merveilles : si vous réussissez, vous êtes un fin observateur et avez su flairer la bonne vague. Si vous échouez, vous avez l’opportunité de grandir, d’apprendre de vos erreurs, de questionner vos méthodes. Dans les deux cas, vous ressortez gagnant ! Gardez ces lignes directrices en tête, elles vous amèneront à développer davantage la culture du risque au travail. Avec votre capitaine, restez le plus transparent possible et calculez au préalable votre “risk appetite” : c’est-à-dire, les risques maximaux que vous seriez prêts à prendre. N’allez jamais au delà, ce n’est pas le but de la démarche.

Sur ce, bon vent, Second Capitaine !

D'autres articles trop cool

-

The Must Read List