4 erreurs à ne pas commettre lors d'une négociation de salaire

4 erreurs à ne pas commettre lors d'une négociation de salaire

Temps de lecture: 
4

Ça y est, vous avez décidé qu’il était temps de demander une augmentation de salaire. Vous avez donc planifié un rendez-vous avec votre supérieur hiérarchique, pour lui en parler. Forcément, la demande va donner lieu à une négociation.

Être capable de bien négocier une augmentation de salaire, mais également n’importe quelle chose autre chose aussi bien dans le monde professionnel que personnel, c’est s’assurer d’obtenir de meilleures opportunités et de meilleurs revenus.

Mais la négociation peut être quelque chose d’intimidant. Certaines personnes sont plus douées que d’autres pour cela. Ça se travaille ! 

La partie la plus importante d’une négociation ? La préparation ! Et pour cela, nous allons justement voir ensemble 4 erreurs à ne pas commettre lors d’une négociation de salaire.

Donner une fourchette trop large

Le côté intimidant d’une négociation salariale peut nous amener, pour “adoucir” notre demande, à donner à notre interlocuteur une fourchette trop large en ce qui concerne le salaire que l’on souhaite.

“Je souhaiterais passer de 32k€ à entre 34k et 40k€” 

C’est là une erreur, car votre interlocuteur va forcément se concentrer sur le bas de votre fourchette, et c’est finalement ce à quoi vous allez pouvoir prétendre. Alors que c’est bien plus que vous souhaitiez !

Il est donc important de donner une fourchette fine et précise, qui correspond réellement à vos attentes. Mais le mieux reste encore de donner un chiffre précis.

“Je souhaite passer de 36k€ à 42k€”

Ainsi, vous êtes explicite et direct, et cela traduit de la confiance de votre part. Le fait d’être direct, c’est aussi ce qui caractérise les bons négociateurs !

Enfin, n’oubliez pas de demander dans votre requête initiale, toujours un peu plus que ce que vous souhaitez réellement. Par définition, la négociation peut donner lieu à des compromis. Si votre demande initiale est donc légèrement supérieure à vos attentes réelles, vos chances de succès sont plus élevées. Le premier chiffre donné “ancre” la négociation, et vos échanges futurs se baseront sur celui-ci. 

Cela peut également éviter la situation frustrante où notre demande est acceptée sans aucune négociation, et où l’on se dit que l’on aurait finalement pu demander plus. Ça vous parle ?

Nouveau call-to-action

Donner des arguments liés à sa situation professionnelle

Lors d’une négociation, il est important de s’en tenir à des faits professionnels : vos succès, les projets que vous avez menés à bien, vos compétences, votre expérience etc… Ne rentrez surtout pas dans de l’argumentation liée à votre situation personnelle comme “j’ai besoin de payer les études de mes enfants” ou encore “je viens d’acheter une nouvelle maison, et je dois payer le crédit”.

Bien sûr, d’un point de vue personnel, c’est potentiellement pour ce genre de chose qu’on souhaite être augmenté. Mais lors d’une négociation salariale, ces arguments vous décrédibiliseront et vous desserviront plus qu’autre chose. Les arguments lors d’une négociation doivent rester purement professionnels, vous serez ainsi bien plus efficace.

Laissez son interlocuteur donner le premier chiffre

Une des pires erreurs que vous pouvez commettre lors d’une négociation salariale, est d’arriver à l’entretien sans avoir une idée précise du montant supplémentaire que vous souhaitez obtenir sur votre fiche de paie, et de laisser le recruteur vous donner un premier chiffre de ce qui est possible.

Il est certain que votre supérieur partira alors sur un chiffre relativement faible, et que nous l’avons dit précédemment, le premier chiffre donné “ancre” le reste de la conversation. Si celui-ci est bien plus bas que vos attentes, il sera ensuite très compliqué de remonter.

Présentez-vous à la négociation avec des attentes claires et précises, que vous pouvez appuyer avec des exemples concrets, comme des salaires dans des offres d’emploi pour des postes similaires, ou encore des chiffres obtenus dans des études.

Prendre les choses personnellement et se laisser submerger par ses émotions

Certaines phases d’une négociation peuvent être difficiles. Votre supérieur peut par exemple vous donner une estimation volontairement basse de l’augmentation à laquelle vous pouvez prétendre. L’erreur dans ce genre de situation, serait de réagir avec émotion et de perdre le contrôle de la négociation.

Garder son professionnalisme, faire la part des choses, et ne rien prendre personnellement, est tout particulièrement important lors d’une négociation salariale. Faites votre possible pour contrôler vos émotions au cours de la conversation.

Dans la situation où votre supérieur vous donne une estimation basse de ce à quoi vous pouvez prétendre, vous pouvez par exemple lui demander comment il est arrivé à ce chiffre, puis creuser encore et encore. Vous pourrez ainsi négocier avec des arguments factuels, qui seront bien plus efficaces.

Nouveau call-to-action

D'AUTRES ARTICLES TROP COOL !

9 conseils pour négocier une augmentation de salaire
Ya pas que la thune dans la vie, mais quand même. Nous l’avons vu lors notre enquête pour la réalisation de notre...Lire la suite
Office Manager, combien gagnez-vous ?
Quand on passe un entretien pour un poste d'Office Manager, pas toujours évident de se positionner question salaire.....Lire la suite
Le salaire des Office Manager, le rapport de notre enquête !
Je télécharge le rapport ! Il y a quelque temps, nous avons lancé une enquête sur le salaire des Office Manager. Vous...Lire la suite
x
Nouveau call-to-action