Pourquoi "créer une boîte à idée" est la pire idée que l'on peut trouver dans une boîte à idée

Pourquoi "créer une boîte à idée" est la pire idée que l'on peut trouver dans une boîte à idée

Temps de lecture: 
4

Dans l’objectif de solliciter l’adhésion des collaborateurs et de les impliquer dans l’évolution de l’entreprise, le top management est souvent réceptif à l’idée d’installer cette boite à fente dans le mur que l’on appelle la boite à idée. A première vue, on peut comprendre cette initiative. Elle ne coûte rien et promet de belles choses : les employés couchent sur papier leurs suggestions pour améliorer la productivité ou l’ambiance au travail, les managers consultent ces propositions anonymes et mettent en pratique celles qu’ils jugent pertinentes. Seulement voilà, la boite à idée est l’exemple type de la fausse bonne idée. Voici pourquoi…

La boîte à dérives ?

Attention : ce billet va maintenant faire du boite-à-idée bashing ! Le premier point controversé concerne l’anonymat. Vous imaginez bien les conséquences qui peuvent découler de cet attribut : adversité entre collègues, fausses accusations, insultes, blagues d’un goût douteux et même menaces… Vous seriez étonné du ratio « bonnes idées/total des contributions » de cette boîte qui deviendra très vite celle de Pandore. Le second point concerne le concept même de la boite à idée. Vous vous rendrez compte qu’elle catalyse les problèmes : vos collaborateurs y verront surtout un moyen de rapporter TOUS les contretemps de la vie en entreprise, même les plus insignifiants. En quelques mois, la boîte débordera de problèmes réels ou fantasmés sans aucune proposition de solution. Bon, ces assertions s’inscrivent dans un scénario pessimiste, nous le reconnaissons volontiers. Imaginons à présent que votre entreprise soit portée par un capital humain compétent et mature qui met un point d’honneur à faire avancer le schmilblick.

Et si on déplaçait cette machine à café de 2 mètres ?

Même dans un monde parfait, la boîte à idée ne tardera pas à montrer ses limites. L’expérience montre en effet que l’écrasante majorité des idées soumises entrent dans la catégorie des « améliorations incrémentales » ; vous savez, ces petits plus qui améliorent l’entreprise de manière… insignifiante. « Et si on déplaçait la machine à café de 2 mètres vers la gauche pour la rapprocher de l’open-space ? ». Intéressant, mais pas révolutionnaire. L’expérience montre aussi que le traitement et le suivi des idées suggérées devient tout simplement inexistant après quelques mois. La direction va donc perdre en crédibilité et la boîte à idée sera alors perçue pour ce qu’elle est vraiment : une simple opération de com’ !

Simple à mettre en place, quasiment gratuite et « physiquement » visible, la boîte à idée n’est finalement qu’une réponse simpliste et peu inspirée au symptôme du manque d’innovation et de stagnation. Des idées pertinentes, des gamineries et des fantaisies seront soumises, rien ne se passera derrière et tout le monde retournera à son quotidien... avec un trajet moins long vers la machine à café.

Quelque chose à ajouter ?

Les autres publications

« Les 4 accords toltèques », si vous ne le saviez pas, est un grand classique de littérature, catégorie développement...Lire la suite
Parmi vos nombreuses casquettes de super-héros : la gestion des Ressources Humaines. Pas toujours évident de s’y...Lire la suite
Entre les demandes incessantes que l’on vous adresse, les horaires à rallonges et les 14 tâches que vous effectuez en...Lire la suite

The Must Read List