La loi de Fraisse : 1 heure n’est pas toujours égale à 1 heure

La loi de Fraisse : 1 heure n’est pas toujours égale à 1 heure

Temps de lecture: 
4

Si vous vous interrogez sur les meilleures façons de gérer votre temps, il se pourrait bien que vous trouviez les réponses à vos questions dans la loi de Fraisse. Cette dernière se positionne au même titre que d’autres comme par exemple la loi de Murphy ou bien encore la loi de Carlson. Son principe est simple, mais peut parfois étonner. Concrètement, on pourra définir la loi de Fraisse par l’idée suivante « 1 heure n’est pas toujours égale à 1 heure ». Voici quelques compléments d’informations pour vous aider à comprendre ce phénomène.

La loi de Fraisse, qu’est-ce que c’est ?

Pour résumer simplement la loi de Fraisse, on pourra également se pencher sur l’idée suivante « plus ce que l’on fait est captivant, plus le temps que cela nous prend semble bref ». Concrètement, la loi de Fraisse vient résumer parfaitement cette sensation que le temps passe plus vite lorsque l’on fait quelque chose qui nous intéresse, ou bien au contraire, le fait que le temps passe plus lentement quand l’on doit se pencher sur une tâche désagréable ou ennuyante.

Pour bien comprendre cette notion, il faudra prendre conscience que le temps s’avère être quelque chose de particulièrement subjectif. Ce concept a été mis en lumière par Paul Fraisse, un psychologue français qui possède une renommée importante, notamment grâce à ses nombreux travaux sur la perception du temps. Après de longues recherches, il parvint à conclure que nous avions spontanément tendance à faire ce qui nous plaît le plus en premier plutôt que ce qui est vraiment important. Il prouvera également que l’intérêt que l’on éprouve pour une tâche nous fera changer la perception du temps que l’on a pu passer dessus.

Comment mettre correctement la loi de Fraisse à profit dans notre quotidien ?

Lorsque l’on prend conscience que le temps passe plus vite lorsque l’on fait quelque chose qui nous plait, il peut parfois être tentant de se focaliser uniquement sur ce genre de tâche. Toutefois, c’est bien tout le contraire que ce principe nous enseigne. Afin de pouvoir être productif, il est important de trouver le juste milieu entre le volume de tâches plaisantes et déplaisantes. Ce n’est pas pour rien que beaucoup de personnes vous conseilleront de réserver les tâches difficiles pour le début de journée afin d’être en pleine forme pour les réaliser.

Dans tous les cas, il est important d’être conscient qu’une tâche déplaisante ne doit pas être reportée ni considérée comme secondaire au risque de la laisser totalement de côté et de perdre en efficacité dans son travail. Pour pouvoir rester efficace dans la réalisation de chacune de ses missions, il est important de classer les tâches que l’on doit faire en fonction de leur importance et non par ordre de préférence. Cela vous permettra de gérer votre temps de façon optimale et de redoubler en efficacité.

Quelque chose à ajouter ?

Les autres publications

Les experts sont formels : l’open space est néfaste à la concentration, l’efficacité, la créativité et la satisfaction...Lire la suite
Dossier : Travailler avec des freelances (3/3) Un bon freelance, c’est comme un chat angora: ça se soigne et ça se...Lire la suite
Dossier : Travailler avec des freelances (2/3) Réserver un free Votre freelance adopté, la mission peut enfin commencer...Lire la suite