3 types de boss à la c** et comment les gérer

3 types de boss à la c** et comment les gérer

Temps de lecture: 
4

Vous avez forcément déjà eu l’occasion de travailler avec un boss à la c**. Que ce soit dans votre poste actuel ou dans vos expériences passées, il n’est pas évident de gérer ce type de boss. Très rapidement, il peut vous rendre la vie impossible. Travailler avec ce genre de boss est un défi du quotidien, mais n’est cependant pas forcément insurmontable. Avant de quitter votre job (et de potentiellement retomber sur un autre boss à la c**), tentons d’étudier les différentes possibilités qui s’offrent à vous pour gérer ces énergumènes. Voici 3 types de boss à la c** et comment et les gérer.

L’adepte du micromanagement

Son profil :

Le micromanager, on en connaît tous un. Quel que soit le sujet, de la facturation des partenaires au choix du papier toilette, il veut mettre son nez absolument partout et aura toujours son mot à dire. Office Manager, ne le prenez pas comme une affaire personnelle, il fonctionne comme ça avec tout le monde. Perfectionniste, il pense pouvoir améliorer les choses avec sa petite touche, mais en réalité, il vous fait juste perdre du temps et péter les plombs.

Comment le gérer :

Pour tenter de gérer un boss adepte du micromanagement, la meilleure des solutions est de bien définir ses attentes. Lorsqu’une nouvelle mission vous est confiée par celui-ci, prenez le temps de bien comprendre ce qu’il attend de vous, avec LE PLUS DE PRECISIONS POSSIBLE. Il ne doit pas y avoir de place pour le doute, vous devez vraiment être sur la même longueur d’onde. Si un patron pratique le micromanagement, au fond, c’est tout simplement parce qu’il a peur de perdre le contrôle sur son entreprise. Fourrez son nez partout lui donne l’impression de tenir le gouvernail. En prenant le temps de bien comprendre son besoin, il devrait avoir moins peur de vous déléguer le travail. Ayant confiance en vous, il vous laissera (un peu plus) tranquille. Attention cependant, un micromanager ne vous donnera jamais une liberté totale, mais s’il comprend que vous savez répondre aux besoins comme il l’entend, la relation de travail devrait s’améliorer avec le temps. Sachez être patient.

Le tyran égocentrique :

Son profil :

Lui ne laisse aucune place à la courtoisie : il vous dit sèchement quoi faire, comment le faire et quand le faire, sans prendre la peine d’ajouter la moindre formule de politesse qu’on apprend aux enfants de 4 ans, comme « s’il te plaît ». Véritable dictateur, il vit à travers son ego et part du principe que tout le monde le reconnaît comme le héros, le sauveur, le capitaine de l’entreprise. Du coup, il s’attribue les lauriers de toutes les réussites. En revanche quand les choses ne tournent pas rond, il ne se fait pas prier pour pousser une gueulante sur les responsables. D’ailleurs, gueuler, c’est un peu sa passion.

Comment le gérer :

Vous ne changerez pas l’aspect égocentrique d’un dictateur. Quand on est égocentrique, on recherche en permanence que nos collaborateurs valident nos actions et nos prises de parole, pour renforcer encore plus son égo (en réalité fragile). La meilleure manière de travailler avec ce type de boss est d’ignorer ses besoins de validations constantes. Pas besoin de manquer de respect à votre boss, mais ne nourrissez pas le monstre avec du fayotage ou des compliments inutiles. Prenez vos distances et évitez d’être émotif ou énervé. Soyez plutôt stratégique. Développez une relation plus forte avec d’autres collaborateurs ou manager, le numéro 2 de l’entreprise par exemple. Enfin, gardez toujours une trace de vos réussites, pour pouvoir les dégainer au besoin au moment opportun (genre une négociation de salaire).

Le boss que « on ne sait pas trop ce qu’il fout là »

Son profil :

Il n’a aucune connaissance en management, est dépourvu du moindre charisme, peine à comprendre le jargon de votre secteur d’activité, et n’inspire pas une once de confiance. Personne, pas même lui, ne sait comment il en est arrivé là. Pourtant le fait est là : c’est lui le boss. Office Manager, vous avez plus de connaissances que lui, et vous feriez un patron bien meilleur, d’ailleurs votre collègue Ginette ne cesse de vous le répéter (et vous prenez volontiers le compliment). Comment faire quand son patron est un véritable imposteur ?

Comment le gérer :

Cessez d’écouter la petite voix frustrée qui vous dit « je ferai un bien meilleur patron, alors pourquoi pas moi ? ». Votre boss est incompétent, certes, mais arrêtez de mettre en avant ses lacunes. Vous en savez sûrement bien plus que lui, mais abandonnez votre fierté, et filez-lui un coup de main : vous en ressortirez tous les deux grandis. N’essayez pas de l’attaquer, mais faites-en sorte qu’il rattrape son incompétence, même si ce loin d’être facile.

D'AUTRES ARTICLES TROP COOL !

Si vous êtes un manager, un superviseur ou un chef d’entreprise, vous savez probablement que l’enjeu est surtout d’être...Lire la suite
Vous avez du mal à expliquer votre job d'Office Manager à votre grand-mère ? Découvrez notre lettre à lui adresser ;)...Lire la suite
La dernière fois que votre patron(ne) vous a félicité(e) pour votre travail, vous avez imputé cette réussite à la...Lire la suite

The Must Read List