Stop aux chouquettes de réunion (et aux réunions qui vont avec)

Stop aux chouquettes de réunion (et aux réunions qui vont avec)

Temps de lecture: 
4

D’après une enquête, les cadres Français, ces feignasses notoires, passeraient environ 25 jours par an… en réunion. Le pire : à peine la moitié de celles-ci serait productive… Un constat déprimant, s’il n’y avait cette bonne nouvelle : comme toutes les maladies, la réunionnite (définie par le dictionnaire Larousse comme « la manie de faire des réunions, souvent inutiles ») se soigne. Allez, hop, petit tour d’horizon des symptômes et traitements possibles de cette affection contagieuse, mais pas irréversible (ouf).

Arrêter de « faire le point » à tout bout de champ

On la connaît tous, la fameuse réunion où chacun « fait le point » pour tenir ses collaborateurs informés de ses avancées. Après votre petit laïus d’une durée de dix minutes, vous n’avez plus qu’à vous gaver de chouquettes jusqu’à la fin de la matinée, ou à réfléchir à des dilemmes existentiels (soleil ou montagne cette année ?) D’après Geoffrey James, l'auteur de « Business Without the Bullsh*t », ces points d’équipe sont contre-productifs. Loin de créer une « meilleure communication » ils sont synonyme de « distraction » voire de démotivation.

Alors, plutôt que de donner à tout le monde la sensation de perdre son temps (sauf à l’organisateur de la réunion), mieux vaut espacer au maximum ces meetings sans fin et les remplacer par des réunions de mi-parcours en comité restreint. L’idée : organiser des « points » par département ou unité de production, où chacun enverrait ensuite, sur un document synthétique, un compte-rendu de sa progression. Le but : responsabiliser chacun, et faire gagner du temps à tous. Magique, non ?

Pouvoir dire « non » (et pas seulement au pervers de la compta)

Bien que persuadés de l’inutilité de ces réunions intempestives, environ trois salariés sur quatre regrettent de ne pas pouvoir décliner leur participation. Sous peine de se faire mal voir de sa hiérarchie, ou de passer pour un tire-au-flanc … Pourtant, grâce à ce filtre de libre appréciation,  seuls les points jugés utiles seraient maintenus.

Exit, donc, les réunions mal préparées et sans but autre que celui de se rassembler en équipe dans une salle surchauffée. Bonjour, les points en petit comité, où ceux qui répondent présent ont une vraie bonne raison pour cela (hors leur amour pour les chouquettes).

Aérer ses petits neurones

Aux réunions assises, qui engourdissent les jambes aussi bien que le cerveau, pourquoi ne pas préférer les points debout, ou même en gambadant comme Richard Branson, le patron du groupe Virgin ? Le fait de ne pas être assis permettant d’aller directement à l’essentiel et de synthétiser au maximum l’information.

Pour aller encore un cran plus loin, la promenade permet de transformer la réunion en un moment sympathique et propice à la créativité. Bien sûr, un tel mode de réunion suppose un nombre restreint de participants, sous peine de perdre de l’info (et des collaborateurs) en route…

Tag: 
top, chouquettes, réunion, Office manager

Quelque chose à ajouter ?

Les autres publications

« Tu viens à la cantine ? Non, déso, aujourd’hui j’ai lunchbox. Si les flageolets de votre self, ou ceux du café d’en...Lire la suite
Continuons notre quête spirituelle du bien-être au travail avec deux philosophies venues de très loin pour nous...Lire la suite
Pas la peine de prendre l’air dégoûté : avec 81% des salariés qui avouent déféquer au bureau , il y a de fortes chances...Lire la suite