Les vertus de la politesse au bureau

Les vertus de la politesse au bureau

Temps de lecture: 
4

Il refuse de serrer la main de son supérieur et se fait lincencier. Une fake news du Gorafi ? Non, la mésaventure arrivée en 2014 à un salarié de la société Constellium (par ailleurs militant CGT).Si l’on peut avoir plein de raisons légitimes de ne pas vouloir serrer la paluche à son boss –par exemple s’il a les mains moites –la politesse au travail présente quand même des avantages non négligeables.

La politesse, outil de performance

Des salariés qui arrivent systématiquement en retard en réunion sans prendre la peine de s’excuser ; d’autres qui gardent les yeux rivés à leur téléphone toute la durée de ladite réunion ; votre voisin de bureau qui beugle sur son assistante à longueur de journée ; les incivilités au travail sont si fréquentes qu’il ne nous viendrait plus à l’idée de personne de s’en offusquer.

Pourtant, d’après une étude réalisée par le cabinet Eléas en 2014, l’impolitesse au bureau aurait des répercussions directes sur la productivité des trois quarts des salariés. Un mauvais climat de travail engendrant du stress et de la démotivation, il serait temps de considérer la politesse non seulement comme un facteur de bien-être, mais également comme un véritable outil de performance. Appliquer à son espace de travail les règles du bon voisinage  (ne pas hurler au téléphone, remplir le bac de l’imprimante lorsqu’il n’y a plus de papier, ou encore remettre l’agrafeuse à sa place) coûte peu en terme d’investissement personnel, mais peut rapporter gros sur le plan collectif.

Courtoisie et externalités positives

Reflet de la culture d’entreprise, les règles de bienséance ne peuvent être respectées que si elles sont portées par tous les échelons de la hiérarchie, et notamment par la direction. Savoir remercier d’un travail accompli en temps et heure, voire se fendre d’un petit message de félicitation si l’on est content, ne prend guère que quelques minutes mais peut avoir des conséquences très positives en termes de motivation des équipes.

Appliquer une politique de courtoisie en interne est d’autant plus pertinent que cela devrait générer des externalités positives, en faisant de chaque employé un ambassadeur modèle de l’entreprise. Il y a en effet peu de risque qu’un salarié arrive en retard en rendez-vous ou s’exprime de manière relâchée avec un client s’il a l’habitude de se montrer courtois avec ses collabs et d’être à l’heure en réunion.  A noter que la réputation d’une entreprise ne dépend pas seulement de ses employés : un candidat malheureux à qui on n’a jamais écrit, un stagiaire trop peu encadré seront à coup sûr vecteurs de publicité négative. 

L’esprit SBAM

La méthode SBAM (S pour sourire, B pour bonjour, A pour au revoir et M pour merci), couramment employée dans le commerce, aurait tout lieu d’être appliquée à la vie de bureau. Vous n’êtes évidemment pas obligés de claquer la bise à tous vos collègues chaque matin dans l’open space (surtout à ceux qui ont une haleine de chacal).  Néanmoins, adresser une petite salutation globale (un « Bonjour tout le monde » assorti d’un sourire, soyons fous) plutôt que se diriger à son poste sans même avoir ôté ses écouteurs peut avoir des répercussions importantes sur l’ambiance générale. Et si en plus vous prenez des nouvelles des enfants et n’oubliez pas de souhaiter les anniversaires, vous pouvez être sûre que votre entreprise fera son entrée au CAC 40 d’ici la fin de l’année.

Tag: 
politesse
productivité
executive manager
Office manager
SBAM

Les autres publications

ID EXPRESS : Suzanne, 26 ans, En poste chez Selligent depuis juin 2018​ Suzanne, c’est un débit de mitraillette et un...Lire la suite
Vous n’arrêtez pas de répéter que votre temps est précieux, et pourtant vous venez de passer 20 minutes à scroller...Lire la suite
Pour faire en sorte que vos nouveaux collabs se sentent bien dans l’entreprise, vous pouvez évidemment leur offrir à...Lire la suite

Quelque chose à ajouter ?