Les meilleurs patrons du monde

Les meilleurs patrons du monde

Temps de lecture: 
4

Si vous êtes un manager, un superviseur ou un chef d’entreprise, vous savez probablement que l’enjeu est surtout d’être respecté, pas forcément d'être aimé. Mais voici un secret : vous pouvez cumuler les deux qualificatifs ! Les patrons que nous allons vous présenter dans ce court papier l’ont d’ailleurs bien compris. C’est parti…

#1 Zuckerberg, « meilleur patron au monde »

Dans un monde parallèle, tous les employés approuvent les décisions de leur boss. Selon Glassdoor.com, ce monde parallèle répondrait au nom de… Facebook ! En effet, une enquête menée par la célèbre plateforme de notation des entreprises a mis en lumière le succès remporté par les décisions de M. Zuckerberg auprès de ses collaborateurs. Et le score est quasiment soviétique : 99% ! Avec une telle approbation, M. Facebook est théoriquement le « meilleur patron au monde ».

#2 Bill McDermott et Jim Hagemann Snabe de SAP

Le top management de SAP aurait très bien pu accaparer le fauteuil de leader de l’étude Glassdoor. En effet, Bill McDermott, et Jim Hagemann Snabe, co-PDG, ont tous les deux recueilli 99% de réponses positives de la part de leurs employés. Pour les départager avec Zuckerberg, Glassdoor a dû pousser le bouchon à la décimale ! « McDermott et Snabe sont appréciés pour leur manière de communiquer, mais aussi grâce à l’aura mondiale de SAP » explique Samantha Zupan, porte-parole de Glassdoor.

#3 Alain Afflelou : le patron préféré des Français

Dans l’Hexagone, un trio a recueilli les faveurs des salariés à l’occasion du sondage Capital-Advent mené fin 2015. Il s’agit de l’opticien Alain Afflelou, de l’épicier Michel-Edouard Leclerc et du geek Xavier Niel. Leur point commun ? Un charisme qui ne laisse personne indifférent. Les patrons préférés des Français se sont rencontrés pour une séance photo an amont de la parution du numéro spécial de Capital. De quoi ont-ils bien pu parler ? De logement et de transport… comme tout le monde ! « T’habites où maintenant ? », a lancé Alain Afflelou à Xavier Niel, son ancien voisin de villa. L’opticien a surtout bénéficié des retombées positives de sa stratégie de communication avec 73% d’opinions positives auprès des Français. Une sacré performance quand on sait que le grand public devient de plus en plus « hostile » à la publicité frontale. Michel-Edouard Leclerc et Xavier Neil recueillent respectivement 72% et 71% d’opinions positives.

#Bonus : ces patrons trop sympa !

  • Lee McAteer, patron de l'agence de voyage de Manchester Invasion a récompensé ses salariés en transformant leur bureau en une piscine à boule géante de 350m2, pour y accueillir 120 000 boules ! Un rêve de gosse offert par ce patron magique qui nous rend plus que jaloux.

 

  • Mark Cebba est le CEO du Net-A-Porter Group s'est vu offrir une surprise de la part de ses milliers de salariés. On ne sait pas ce qu'il a fait, mais vu la surprise, il a vraiment l'air trop génial !

 

  • Gunnar Engellau, président de Vovo à la fin des années 1950, avait perdu son ami dans un accident de voiture. Il engagea alors un ingénieur pour pallier le problème de la sécurité au volant. Résultat : la ceinture de sécurité moderne sera inventée et équipera toutes les Volvo… mais aussi les voitures concurrentes. Engellau avait en effet refusé de mettre l’invention sous brevet pour la démocratiser, gratuitement ;
  • Au début du 19e siècle, Marguerite Boucicaut décide de diviser le capital du Bon Marché entre les salariés, n’ayant pas de descendance. Elle lèguera également 17 millions de francs de sa fortune personnelle à ses employés, et distribuera le reste à l’Assistance publique ;
  • J. Paul Austin, patron de Coca-Cola, menaça de cesser ses activités à Atlanta si la ville n’honorait pas Martin Luther King, fraîchement honoré du Prix Nobel en 1964. La très « blanche » Atlanta courbera l’échine…
  • Dan Price, fondateur de la jeune pousse Gravity Payments, a débarqué un beau jour dans les locaux de son entreprise avec l’idée de baisser son salaire de 90% et de donner à ses 120 employés un salaire minimum annuel de 70 000 $. Certaines études considèrent que c’est le seuil pécuniaire pour atteindre le bonheur !
Tag: 

Quelque chose à ajouter ?

Les autres publications

« Les 4 accords toltèques », si vous ne le saviez pas, est un grand classique de littérature, catégorie développement...Lire la suite
Parmi vos nombreuses casquettes de super-héros : la gestion des Ressources Humaines. Pas toujours évident de s’y...Lire la suite
Entre les demandes incessantes que l’on vous adresse, les horaires à rallonges et les 14 tâches que vous effectuez en...Lire la suite

The Must Read List