Lancer une mission avec un freelance

Lancer une mission avec un freelance

Temps de lecture: 
4

Dossier : Travailler avec des freelances (2/3)

Réserver un free

Votre freelance adopté, la mission peut enfin commencer. Mais avant qu’elle ne débute, mieux vaut définir ensemble son périmètre et le temps nécessaire à sa bonne exécution. Un freelance pouvant s’engager par oral ou par écrit, puis se dédire par manque de disponibilité,  sachez que la meilleure – la seule ?- méthode pour « réserver » le planning d’un indépendant est de signer son bon de commande ou devis. Comme le dit la célèbre expression passée dans le langage courant : pas de devis, pas de free.

Définir un budget et établir un devis

Nerf de la guerre, le budget est souvent le point sensible de la négociation. Un indépendant fixant lui-même son tarif journalier, il est essentiel de lui demander son prix en amont. En gardant en tête que plus un freelance est expérimenté, plus son tarif risque d’être élevé … Son prix tenant compte d’un certain nombre de contrainte fixes, comme ses charges, sachez que votre marge de négociation est limitée, à quelques exceptions près. Par exemple, pour une mission sur la durée ou amenée à se répéter – comme une commande de dix scripts de vidéos motion design- vous pouvez envisager une rémunération au forfait, voire un tarif dégressif.

Dans la rédaction du devis, pensez à détailler chaque ligne et spécifier chaque volet de la mission. Veillez également à intégrer le nombre d’allers-retours inclus dans le budget global. Plus vous serez précis, plus vous éviterez les mauvaises surprises, pour vous comme pour le free.

Lancer votre mission dans les meilleures conditions

Pas de mission réussie sans un bon brief préalable ! L’échec d’une mission étant souvent à rechercher du côté d’une mauvaise transmission des éléments… Pour éviter la perte d’informations et les déformations type téléphone arabe, limitez au maximum les intermédiaires et les interlocuteurs. Un travailleur indépendant travaillant par définition de manière autonome, la gestion des débats et autres dissensions internes n’entre pas dans son cahier des charges ! Privilégiez donc un discours clair et univoque, porté par un interlocuteur précis et réactif, capable de l’aiguiller et de répondre à ses questions. Plus facile à dire qu’à faire, certes, mais si votre freelance vous mord, vous ne pourrez pas dire qu’on ne vous avait pas prévenu.

Tag: 
freelance, Office manager, executive assistant

Quelque chose à ajouter ?

Les autres publications

Les experts sont formels : l’open space est néfaste à la concentration, l’efficacité, la créativité et la satisfaction...Lire la suite
Dossier : Travailler avec des freelances (3/3) Un bon freelance, c’est comme un chat angora: ça se soigne et ça se...Lire la suite
Comme nous l’avons vu dans nos précédents articles ( Pourquoi c'est devenu cool d'être en Burnout , 25 moyens testes et...Lire la suite