Fidéliser son réseau de freelances

Temps de lecture: 
4

Dossier : Travailler avec des freelances (3/3)

Un bon freelance, c’est comme un chat angora: ça se soigne et ça se cajole, sinon ça dépérit et ça va voir chez le voisin.  

Payer en temps et en heure

Les freelances arrivant en fin de chaîne, le règlement de leurs prestations constitue souvent une variable d’ajustement pour les employeurs, qui répercutent sur eux les fluctuations de trésorerie. Or, les retards de paiement constituent le premier motif d’insatisfaction des travailleurs freelances qui n’hésitent plus à contester ce type de méthodes. Parfois au point de ne plus accepter de travailler avec les entreprises dont les délais de paiement dépasseraient les deux mois réglementaires.

Pour ne pas vous faire radier par vos freelances préférés, pensez à établir un système de paiement adéquat. Par exemple, les plateformes de mises en relation de type Malt permettent de faciliter les transactions : la mission commence une fois que le compte est provisionné, et la fin de celle-ci déclenche le processus de paiement. Pour les missions étalées sur la durée, d’autres solutions existent, comme d’effectuer un premier virement à la commande de la mission, et un second au moment de sa clôture.

S’assurer du bonheur du freelance

A chaque fin de mission, vous pouvez être sûr que le collaborateur freelance appréciera que vous lui fassiez un feedback sur son travail et lui communiquiez (sans qu’il ait à le demander) le retour du client. En effet, il est malheureusement courant que les freelances ne soient pas tenus au courant de l’issue d’une mission, ce qui engendre frustration, démotivation et pensées suicidaires. Ainsi, pensez à faire part au freelance de la satisfaction (ou du mécontentement !) d’un client, mais également à lui faire parvenir l’objet finalisé auquel il aura participé.

Pour aller plus loin, n’hésitez pas à créer un petit questionnaire pour mesurer la satisfaction du freelance employé quant au déroulé de sa mission. Non seulement ce type d’outil peut faire office d’indicateur mesurant l’impact de la marque client de votre entreprise, mais il permet de valoriser le freelance en lui attribuant un espace de prise de parole.

Mettre en place une culture freelance

Si un travailleur indépendant n’est pas un salarié, il n’en est pas moins sensible aux marques de considération de la part de ceux qui l’embauchent. Ainsi, intégrer vos collaborateurs freelances dans la vie de votre entreprise constitue un excellent moyen de fidéliser votre réseau. Leur envoyer une carte de vœu comme vous le feriez avec vos clients et prospects, les inviter aux événements de la vie de bureau … permet de créer une relation de fidélité qui dépasse la simple relation contractuelle, et ainsi de faire entrer vos prestataires préférés dans le cercle de vos collaborateurs privilégiés.

Tag: 
Freelance office manager, Office manager indépendant

Quelque chose à ajouter ?

Les autres publications

Les experts sont formels : l’open space est néfaste à la concentration, l’efficacité, la créativité et la satisfaction...Lire la suite
Dossier : Travailler avec des freelances (2/3) Réserver un free Votre freelance adopté, la mission peut enfin commencer...Lire la suite
Comme nous l’avons vu dans nos précédents articles ( Pourquoi c'est devenu cool d'être en Burnout , 25 moyens testes et...Lire la suite